Le gène de l’assistante de direction

Voilà, deuxième jour de l’année 2008, à peine rentrés à la maison, mon Homme et moi sommes déjà devant nos bécanes à bosser ou presque. On est des drogués ! Pourtant, les vacances furent bonnes, oh oui. Presque 2000 bornes parcourues entre chez nous, l’Est sauvage pour un Noël givrant, le pays de Jeanne d’Arc (où on a laissé la Demoiselle avec ses grands-parents et arrières grands-parents), re-chez nous (pour 36 heures en amoureux : diner sushi, grasse mat’, brunch au Charbon et tout et tout…) puis la Normandie (plus précisement le Bessin) pour un Nouvel An entre potes. C’était chouette, on s’est promené (bon, ok c’était des coins qu’on connaissait déjà, mais quand même, c’est beau), on a bien mangé, bien rigolé, bouquiné, joué aux cartes et tutti tutti…

juno_beach.jpg

Et puis voilà, on est revenu, seuls chez nous, sans la Demoiselle, coincée en Meuse avec ses aïeuls (en cause, une soupape brûlée sur la grosse voiture paternelle, puis un renard empalé dans le radiateur de la petite voiture maternelle, la loi des séries…) Alors on s’est remis devant nos bécanes qui ronflent de bonheur de nous avoir retrouvé. La mission de ce soir, si vous l’acceptez, remplir les dossiers pour le renouvellement de la carte de presse. Ouais, j’adore ! J’fais des gros tableaux Excel et puis je remplis méticuleusement chaque case avec les sommes, les salaires, les droits d’auteur, les indémnités de sécu, le brut, la demi-somme, la moyenne, le sous-total et tout et tout ! J’adore ça, je vous dis ! Dans mon cas, c’est vite fait, facile parce que je remplis mon p’tit tableau tous les mois, hop hop, trois clic et voilà le travail. Pour mon Homme, c’est un peu plus long, et pourtant, il a fait des sacrés progrès d’organisation, le gaillard, depuis quelques années qu’il est en indépendant. On frôlerait même la perfection ! Cette année, il ne m’aura fallu que deux petites heures pour lui faire son tableau récapitualtif à lui. Ils doivent halluciner les gars de la commission de la carte de presse quand ils voient arriver nos dossiers. Remarquez, je ne suis pas journaliste scientifique pour rien…

J’ai toujours dit que j’étais née pour être assistante de direction, je dois avoir le gène pour, je n’y suis pour rien… Comme un don, je suis née avec le sens de l’organisation ! Quand je disais ça à ma mère avant, ça l’horrifiait ! «  Assistante de direction ? T’as bien peu d’ambition  » qu’elle me disait. Non, j’déconne, ça n’a jamais été mon ambition. Et voilà, j’ai quand même un métier vachement plus intéressant. Ca n’empèche, j’aime bien ça, moi, les tâches administratives ! Planifier, organiser, gérer les stocks, prévoir le ravitaillement… D’ailleurs, ça nous a été bien pratique, ce sens de l’organisation, pendant ces quelques jours de périgrination à travers le nord de la France. Ils étaient bien contents les copains que j’ai pensé à tout amener pour faire un gâteau au chocolat pour le soir du Réveillon, et aussi ma fameuse mayonnaise !

Tiens, j’aurais pu faire assistante de direction dans une cuisine…

Une Réponse to “Le gène de l’assistante de direction”

  1. […] la chose, c’est relativement simple, oui oui, surtout quand on possède, comme moi, le gène de l’assistante de direction ! Seul bémol, d’une année sur l’autre, l’administration s’amuse à […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :