Archive pour février, 2008

Faire son marché

Posted in ?! on 19 février 2008 by miliochka

Faire son marché est pour moi un réel plaisir. Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours vu ma mère acheter la plupart de ses fruits et légumes à de petits producteurs sur le marché, que ce soit à la maison ou même sur nos lieux de vacances. Je ne l’accompagnais pas souvent, pourtant c’est une habitude qu’elle m’a transmise. J’ai commencé à Lille, lors de mes études. Lorsque je ne me réveillais pas trop tard, j’allais le dimanche matin sur le marché de la Place du Concert, dans le Vieux Lille. Du coup, le dimanche a toujours été pour moi un jour où je passe du temps dans ma cuisine !

Quand je suis arrivée à Paris, il m’a fallu attendre d’être free lance pour avoir le temps d’aller à nouveau au marché. Celui près de chez moi, le marché Popincourt, a en effet lieu le mardi et le vendredi. Mais depuis, je me suis dit que si je reprenais un boulot dans une rédaction, j’aménagerais mon emploi du temps pour au moins y aller une fois dans la semaine ! J’ai mis du temps à trouver mes habitudes, à nouer des liens avec certains commerçants. Au bout d’un an, je me suis décidée pour un maraîcher, Jacques, sa femme Annie et son frère Michel. Des produits de grande qualité et le respect (plus ou moins) des saisons. J’avais une telle fidélité pour leurs étals que j’étais obligée de les prévenir à l’avance d’une éventuelle absence au prochain jour de marché, afin qu’ils ne s’inquiètent pas ! Ils sont partis à la retraite l’été dernier. Depuis, j’ai retrouvé un autre maraîcher qui me plait bien. Il y avait aussi Fernand, le fromager savoyard qui s’amusait à me draguer malgré mon ventre de femme enceinte ! (Ce gars-là a passé tous ses étés sur la plage de la Tortue, et partait régulièrement en vacances aux mêmes endroits que moi !) Et puis le sympathique charcutier qui insiste pour m’appeler Mademoiselle, la vendeuse de produits bio chez qui j’achète du potimarron, les fromagères sexy, et le fleuriste qui bradent ses tulipes. Il n’y a guère que pour le poisson que j’hésite encore…

Quand je suis en vacances, j’essaye toujours de faire mes courses au marché. Ah le petit café sous l’olivier du vieux marché de Saint Raphaël… Je me souviens aussi d’un long week end en amoureux à Rome avec mon Homme. Le dimanche matin, avant de repartir, je suis allée faire mon marché sur la place Campo de’ Fiori. On est rentrée à Paris avec des tomates gorgées de soleil, des jeunes asperges et du jambon de Parme !

Ce matin, chez mon maraîcher, il y avait des mandarines, des véritables mandarines, à ne pas confondre avec les clémentines évidemment. J’en ai pris quelques unes. Je ne me souviens pas de la dernière fois où j’ai mangé des mandarines, c’était certainement il y a très longtemps. N’empêche que ce goût unique et si délicieux m’a tout de suite rappelé un souvenir romain : dans une petite trattoria de Rome, on nous avait servi en guise de digestif un petit jus de mandarine pressée, un véritable élixir…

Publicités

La quiche Lorraine (du dimanche soir)

Posted in Home Made on 10 février 2008 by miliochka

Ma famille maternelle vient de Lorraine, autant vous dire que chez nous, la quiche est une institution ! En général, ma mère nous en faisait une le dimanche soir, avec des poireaux vinaigrette ou bien des artichauts. Je perpétue la tradition, et je m’applique à le faire dans les règles de l’art (ou de lard, au choix…)

quiche.jpg

Ingrédients pour 6-8 personnes (un moule à tarte de 28 cm de diamètre) :

La pâte doit être faite maison, j’insiste sur ce point, c’est très facile, pas cher et pas long, alors pourquoi préférer de la pâte industriel dégueulasse ? Préparer la pâte brisée quelques heures avant pour avoir le temps de la laisser reposer (le matin même, ou alors décongeler une pâte maison préparée bien avant…) en passant au mixer les ingrédients suivants (ou à la main pour les courageux !) :

  • 200g de farine
  • 80g de beurre en morceaux
  • 1 gros œuf entier
  • 1 pincée de sel
  • Un tout petit peu d’eau pour que ça prenne bien éventuellement

Pour la garniture :

  • 3 à 4 tranches de jambon blanc, soit environ 230g
  • 2 à 3 tranches de lard fumé (environ 200g)
  • 1 oignon
  • 2 gros œufs
  • 25 cl de crème fraiche
  • Éventuellement un peu de lait

J’insiste sur un deux points : d’une part, la VRAIE quiche Lorraine (tout comme le vrai gratin dauphinois) ne contient pas de fromage râpé. Sinon, je cris au sacrilège ! D’autre part, ce sera bien meilleur si vous utilisez du jambon et du lard acheté en boucherie plutôt que sous plastique au supermarché (là, ils sont plein d’eau…)

– Préchauffer le four à 170°C (Th 5), c’est à dire pas trop chaud.

– Sur un plan de travail, saupoudrer de la farine, travailler un peu la pâte à la main puis l’étaler avec un rouleau à pâtisserie fariné lui-aussi.

– Dans le moule à tarte préalablement beurré, étaler la pâte, puis la piquer avec une fourchette (ça évitera qu’elle gonfle !)

– Couper le jambon en dé, répartir sur la pâte. Idem avec l’oignon et terminer par le lard. (L’ordre est important il me semble, mais c’est un avis perso…)

– Préparer ce qu’on appelle chez moi la migaine : dans un grand bol, casser les deux œufs, ajouter la crème fraiche et éventuellement un peu de lait, saler et poivrer. Battre à la fourchette pour rendre le mélange homogène. Puis verser sur la quiche pour recouvrir toute la garniture.

– Enfourner la quiche lorsque le four est à température, laisser cuire pendant une heure (la quiche va dorer mais ne pas trop s’assécher).

À déguster sans modération ! Et le lendemain, froid, avec une petite salade de carottes râpées, hum…

Trop de Sarko… La faute à qui ?

Posted in ?! on 9 février 2008 by miliochka

Je viens de voir sur Canal Plus une interview du rédac chef du Nouvel Obs’, celui-là même qui a écrit un article sur le site de son journal cette semaine relatant le contenu d’un SMS privé de Sarkozy à Cécilia (je ne reviendrai pas ici sur le contenu de ce message ni sur sa véracité). Moi, perso, malgré tout, je pense que ce SMS, s’il existe bien, n’avait pas à être connu du grand public. Au fond, je ne vois pas du ce que ça change dans la vie politique de notre pays… Quand bien même ce mec est président, cela ne justifie pas qu’on ait un accès libre à sa vie privée. Et ce journaliste, ce rédac chef qui plus est, ne sort vraiment pas grandi de cette histoire.

La plupart de nos présidents ont eu une vie sexuelle tumultueuse (« Trois minutes douche comprise », « Il est 5h, Paris s’éveille » ou Mazarine, pas besoin de vous faire un dessin). Pourquoi faudrait-il que cette fois on nous tienne une chronique quotidienne des histoires de cœur et de cul du Président ? Parce que lui-même s’en sert ? Oui et alors, ça ne justifie pas tout.

À chaque fois qu’on reproche aux journalistes de trop parler du Président, la seule réponse qu’ils ont à la bouche c’est : « C’est pas nous, c’est lui qui expose sa vie privée ». Alors je suis d’accord avec un point mais pas avec l’autre. Ok, Sarko se sert de sa vie privée pour détourner notre attention de sujets plus sérieux, il nous endort à coup de fausses images volées et de week-end chez Mickey (ouaouh, totale angoisse comme plan love…) Mais, du coup, les journalistes auraient le droit d’être tous des moutons ? Et l’esprit critique dans tout ça, et la liberté de choisir ses sujets et ses angles ? Et la ligne éditoriale ? Non seulement j’ai un peu honte en ce moment d’être journaliste (même si je suis très très loin du milieu politique), mais en plus, je commence avoir pitié d’eux. Et j’ai aussi très peur pour l’évolution de la presse. Qui va continuer à acheter des journaux, qui va rêver de devenir journaliste si la profession se résume désormais à fouiller dans les draps froissés d’un Président ?

Allez, promis, la prochaine fois je parle d’autre chose, je mets en ligne la recette de la célèbre quiche Lorraine du dimanche soir…

Trop, c’est trop… de Sarko…

Posted in Lu ; vu ; entendu... on 8 février 2008 by miliochka

Assez ! Au secours, j’n’en peux plus ! Trop de Sarko tue le Sarko, et c’est bien fait pour lui d’ailleurs…

Vu sur le kiosque en bas de chez moi, la même semaine, L’Express titre « La déception » et Le Point « Ce qui cloche », même photo en gros plan de Sarkozy avec la main droite devant la bouche, même couleur rouge, même titre en jaune, à croire que c’est fait exprès…

kiosque1.jpg

Jusqu’à présent, je me contentais de râler dans le privé. Sarko par-ci, Sarko par-là, Carla par-ci, Cécilia par-là, les journalistes n’ont que ça à la bouche. Autant vous dire, qu’en ce moment, je ne suis pas très fière d’appartenir à cette confrérie professionnelle… J’ai même honte parfois. Mais bordel de merde, ils ne peuvent pas faire leur métier correctement et nous parler d’autres choses que des lunettes, de la montre et des plans cul du président français ?! Il me semble pourtant que ces temps-ci il se passe des choses importantes dans le monde et même dans notre bonne vieille France. Certains d’ailleurs en parlent très bien – je vous recommande la lecture de l’info du jour – il est important de nous rappeler que tout ne tourne pas autour du nombril de Sarko…

La même semaine, notre nouveau couple présidentiel fait ainsi la couv’ du Point, de l’Express, du Nouvel Obs’, de Paris Match, VSD, Gala, Point de Vue et même Voici et Closer ! Bizarrement, Marianne parle d’autre chose, pourtant, sans l’élection de Sarkozy, cet hebdo que j’apprécie par ailleurs, n’aurait certainement pas explosé ces chiffres de vente…

kiosque2.jpg

Voilà, la coupe est pleine… maintenant je comprends pourquoi je suis abonnée à un hebdo féminin et non pas un newsmagazine…

Sinon, ces temps-ci, dans mes oreilles lorsque je prends les transports en commun : Saison 5 d’ IAM, Paul’s Boutique des Beastie Boys, encore et toujours Overtones de Just Jack, Nightmare on Wax, des vieux morceaux de Prince, Leela James, La Ritournelle de Sébastien Tellier (ouaouh ! dommage que ce soit maintenant une musique de pub pour « ceux qui le valent bien »…) et un peu de Fever de Kylie Minogue, pour le fun !

 

J’ai aussi lu quelquepart que Tsahal envisageaint de donner du Viagra à ses pilotes d’avions de chasses avant de les envoyer en mission. Je vous laisse essayer d’imaginer pourquoi ! (Allez, j’vous donne une piste : pour la même raison que des chercheurs français et suisses se sont amusés à prendre ces fameuses petites pilulles bleues à plus de 4000 mètres d’altitude…)

 

Y’a bon, yoga !

Posted in ?! on 1 février 2008 by miliochka

Voilà, je me suis remise au yoga et j’aime ça ! Attention, rien à voir avec la vague ambiante de zen attitude, cocooning et autres modes qui poussent à s’occuper de soi, quoi que…

J’ai découvert le yoga à la fac. À l’époque, j’avais deux heures de sport obligatoires dans mon emploi du temps, alors entre les danses de salon et le volley-ball, mon choix a été vite fait : yoga pourquoi pas ! Je me souviens, c’était dans le grand gymnase de la Doua, deux heures le vendredi matin ; il m’arrivait d’aller à la fac rien que pour ça, séchant tous les autres cours de la journée. Une cinquantaine d’étudiants, écoutant de la musique zen et enchaînant les postures en suivant la voix mélodique de la prof. Je me souviens qu’elle nous passait souvent un disque appelé « Musique pour plantes vertes », sans rire. À l’époque déjà, c’était un véritable petit moment de bonheur, une vraie respiration, au sens propre comme au figuré (d’ailleurs, je me souviens qu’en sortant de ces cours, l’envie de fumer disparaissait pendant quelques heures…) Malheureusement ça n’a duré qu’un semestre, pour cause d’emploi du temps incompatible ensuite. Ce que j’appréciais avant tout, c’était le travail sur la respiration, moi qui ne sais pas respirer, moi qui, enfant, avait toujours peur d’oublier de respirer en m’endormant ! (Aujourd’hui encore, quand je suis concentrée, je suis en apnée…)

Quand je me suis retrouvée pigiste à Paris avec beaucoup de temps libre, j’ai cherché à faire du yoga dans mon quartier. Expériences comiques ! Je me suis retrouvée dans un cours où on commençait par répéter sept fois de suite « Aaaûommmn » tout en prenant conscience de notre « dimension planètaire ». Autant vous dire que je n’ai jamais trouvé cette dimension-là en moi ! Une autre fois, je suis tombée dans un truc vaguement sectaire, où l’on m’a proposé de participer à des stages de jeûne (me proposer à moi de jeûner plusieurs jours de suite en buvant des décoctions d’herbe ? C’est surréaliste !) Bon, j’ai vite laissé tomber l’affaire. Je me souviens ensuite que pendant les cours de préparation à l’accouchement, on avait des séances de relaxation inspirée du yoga. Ben, ça n’a pas raté, à chaque fois je me suis endormie…

Et puis l’envie m’est revenue à la rentrée dernière. Peut-être parce qu’avec le retour de l’hiver, le boulot à plein temps et la Demoiselle qui demande beaucoup d’attention, j’avais besoin de me dégager une heure ou deux dans la semaine rien que pour moi. Motivée, j’ai cherché un nouvel endroit près de chez moi, et je suis tombée sur une perle ! Une prof qui enseigne dans une petite salle à deux minutes à pied de la maison, une jolie fille à la voix calme et posée. C’est exactement ce qu’il me fallait ! Car ce que j’aime dans le yoga, c’est me laisser porter par une voix, suivre ses indications, me plier à son rythme, « être sous ses ordres » on pourrait dire. Je crois bien que je ne pourrais pas faire du yoga seule, car ça me demanderait alors de réfléchir à ce que je fais, aux postures que je vais enchaîner, et ça, ça n’est pas possible ! Je ne peux être complètement détendue que si je m’abandonne. Et pour ça, j’ai besoin d’une voix qui me porte. Trouver un cours de yoga qui me plait revenait donc, avant tout, à trouver une voix et un rythme auxquels j’accepte de confier mes inspirations et expirations.

Ce qui me plait là encore, c’est le travail sur la respiration, la prise de conscience des sensations que cela procure dans tout le corps. C’est assez agréable, dans chaque posture, de penser aux tensions que cela engendre sans chercher à lutter, juste les accepter, et essayer de les défaire simplement par le travail du souffle. Et le plus étrange, c’est que depuis cette dizaine de séances, j’ai réalisé quelquechose d’assez étrange : mon corps est profondément dissymétrique ! Véritablement hallucinant ! Parfois, lors d’une séance de yoga, j’ai vraiment l’impression de visiter mon corps comme si c’était une terre étrangère. Et la majorité des tensions se trouvent à droite (Mais ça, je le savais déjà avant : mes migraines, mon mal de dos, mes tensions dans l’épaule, mon ovaire qui se réveille un mois sur deux, mon rein qu’a failli me lacher, tout ça, c’est à droite, y’a pas de mystère… C’est pour ça que la Petite Fourmi à pris place sur ma hanche droite…)

Alors bon, je ne suis pas toujours très assidue, je n’en tire pas une philosophie de vie non plus, mais j’y vais quand je veux, et ça me fait du bien. Et puis c’est aussi un travail sur la concentration. YOGA ? Y’A BON !