Archive pour mars, 2008

Un doudou, deux doudous, trois doudous…

Posted in ?! on 31 mars 2008 by miliochka

D’aussi loin que je m’en souvienne, et des témoins le confirment, je n’ai jamais eu de doudou ni sucé mon pouce. Je n’ai pas l’impression que cela m’ait manqué, mais après quelques heures de discussion sur ce sujet, un psychanalyste dirait peut-être le contraire !

Avant même que la Demoiselle naisse, je lui avait acheté un petit lapin rose avec des ailes, pensant que cela deviendrait son doudou officiel. Elle l’avait dans son bac en plastique transparent à la maternité, on le voit sur la photo « officielle » de sa naissance. Quand elle est rentrée à la maison, j’ai enlevé de son landau tout ce qui pouvait être dangereux. Ce n’est que quelques mois plus tard, quand elle a commencé à dormir dans son lit à barreau, que j’ai remis une seule peluche, un âne acheté à Noël en plusieurs exemplaires pour offrir aux autres bébés de l’année. Et c’est finalement lui que la Demoiselle a choisi ! On l’a appelé Anatole et on lui a mis une petite écharpe en Liberty, un tissu tout doux… Suivant les conseils de mamans bien intentionnées, j’ai bien entendu prévu des doublures, au cas où (y’en a même qui disent qu’il faut écrire son numéro de portable sur l’étiquette, mais bon, moi, les étiquettes, je les enlève systématiquement, et en plus, hé, je n’ai pas de portable !…) Ses doublures s’appellent Anémone et Anabelle, portent elles aussi une écharpe en Liberty et un petit nœud entre les oreilles (ben oui, ce sont des filles !) La Demoiselle suce son pouce gauche, et coince la queue de son doudou sous son nez avec la même main. Parfois, elle se caresse l’intérieur de l’oreille, et fait de même avec les nôtres, ce qui nous fait bien rire !

Le premier doudou de ma Nièce, l’officiel, est un ours en peluche aux membres désarticulés, nommé Nénette. Elle a un ruban en satin autour du cou. Depuis, ma Nièce a eu beaucoup de doublures : Lala, Le petit Lulu, La petite sœur de Nénette, Loulou (avec une prothèse à la place d’une jambe, perdue dans la cour de récré), etc… Toujours le même genre d’ours, toujours avec un ruban en satin. Elle aussi suce son pouce gauche, et se caresse le dessus de la lèvre avec le ruban, ou le fait glisser entre ses doigts. Mais il serait temps pour elle de penser à abandonner cette habitude, ou du moins à laisser Loulou dans son lit désormais… Dix ans après, Nénette est devenue une pièce de musée, totalement usée. Elle trône sur une étagère chez ma sœur l’Aînée, comme une sorte de totem protecteur.

doudou.jpg
– Anémone et Nénette, février 2008 –

Au début, avec la Demoiselle, j’avais des grands principes, du genre « Anatole reste dans ton lit ». Et puis après, je l’ai emmené de temps en temps en balade avec nous, pour aider la Demoiselle à s’endormir dans sa poussette, ou bien lors de nos voyages en train. Et très vite, il a commencé à nous accompagner partout ! Voilà, en ce moment, elle a toujours à portée de main Anatole, Anémone ou depuis quelques jours, Anabelle. Je sens qu’elle en a besoin, alors bon… Je les lave régulièrement, mais ensuite, je mets toujours une ou deux gouttes de la même eau de cologne, Echt Kölnisch Wasser. C’est celle que j’ai portée tous les jours lorsque je l’allaitais.

À quel âge abandonne-t’on son doudou ? Je n’en sais rien, on verra bien. La semaine dernière, dans un grand hebdo féminin, il y avait une interview du célèbre pédiatre Aldo Naouri, qui disait, en substance, « plus de biberon ni de doudou après 2 ans et demi » de façon un peu abrupte. Il dit beaucoup d’autres choses tout aussi abruptement, qui vont à l’encontre du message-ambiant-politiquement-correct autour de l’éducation des jeunes enfants. Je ne suis pas forcément d’accord avec lui sur tout, mais il dit des choses intéressantes, et ce point de vue à contre courant ne me laisse pas insensible. Alors oui, je suis assez d’accord sur le fait qu’un enfant en âge de rentrer à l’école maternelle ne s’y pointe pas avec son doudou, mais quand même… Il dit aussi qu’il faut arrêter du jour au lendemain, sans prévenir ou se justifier auprès de l’enfant, il suffit juste ensuite de tenir pendant quelques jours et les pleurs disparaîtront. Mouais, là-dessus, je suis perplexe. Je trouve même ça assez dégueulasse !

En tout cas, moi je les aime bien les doudous de la Demoiselle. Et je la trouve très gentille avec eux. Elle leur donne parfois quelques gorgées de son biberon du matin, des morceaux de biscuit, ou leur nettoie les oreilles avec un coton-tige !

PS : aujourd’hui, l’un des cousins d’Anatole vit à Istanbul et un autre à Lyon.

Publicités

Couture du samedi soir

Posted in Home Made on 30 mars 2008 by miliochka

J’aime bien faire de la couture, mais à force, je ne sais plus trop quoi faire pour moi ou la Demoiselle (j’ai même fait des housses de protection sur-mesure pour le matos de mon Homme). Alors je demande aux autres ce qui leur ferait plaisir… Alors, à défaut d’accompagner mon Homme au cinéma, ou de traiter 45 dossiers de candidatures pour FêtArt, voilà mon programme du samedi soir : se brancher sur le grand mix de Nova, et coudre une robe portefeuille pour la Cadette, en tissu africain, du Wax qu’elle a acheté au Mali, et une étrange double trousse, commande spéciale de ma Nièce.

Pour elle, nous sommes d’abord allées choisir ensemble des fermetures Éclair, dans ma super mercerie-caverne-d’ali-baba. On trouve absolument tout dans la boutique de cet asiatique très sympathique. Un monsieur qui parle très bien anglais, et qui accueille parfois dans son échoppe un vieil écossais pour de longues conversations sur l’état du monde… À chaque fois que je cherche un truc un peu spécial, ça ne rate pas, je le trouve chez lui. Il me conseille même des systèmes pour mes projets de couture, dont j’ignorais totalement l’existence ! Il nous a donc trouvé des fermetures Éclair superbes ! Admirez le détail des dents crantées de couleurs différentes, et en plus il nous a vendu ça pas cher,  » Je vous fais le prix du samedi ! « , qu’il m’a dit.

trousse1.jpg

Ma Nièce voulait donc une trousse assez particulière. Elle m’a même fait un petit schéma très explicite, avec toutes les mesures. Et voilà, il s’agit en fait de deux trousses, cousues l’une avec l’autre par le haut. Comme ça, ça semble tout con, hein ? Mais en fait, c’était un chouette défi. Surtout quand on connait les conditions dans lesquelles j’aime faire de la couture ;-) Il m’a fallu d’abord couper tous les morceaux de toile nécessaires, en respectant les cotes. Et ensuite, étape cruciale : bien réfléchir à l’ordre dans lequel j’allais assembler tout ça. Hum hum ! Une seule erreur, au tout début. Pour le reste, je trouve que je m’en suis vachement bien sortie ! (oui, oui, je m’autocongratule…) Parce qu’avec ce genre de truc, il y a moyen de complètement s’emmêler les fils avec les fermetures, le fond, la couture de jonction etc…

trousse2.jpg

Sur ce, je file me coucher, parce que c’est pas tout ça, mais cette nuit, on perd une heure…

Dans mon bain, je pense

Posted in ?! on 26 mars 2008 by miliochka

Ce soir, grand luxe, je me suis accordé le temps de prendre un bain, un long et vrai bain de détente, moi qui suis plutôt adepte de la douche rapide du matin… C’est devenu tellement rare, que je ne peux m’empêcher à chaque fois de repenser au dernier bain que j’ai pris, enceinte, six heures avant d’aller à la maternité, tentant vainement de lutter contre les contractions…

Ma recette est assez simple en fait : il s’agit simplement de faire couler un bain chaud, trop chaud presque, de verser de l’eau de Cologne à la fleur d’oranger, se brancher sur Lenoir, sur France Inter, et se laisser glisser jusqu’à ce qu’il n’y ait plus que les narines qui dépassent. Hum hum… Autre souvenir, ça me rappelle les bains que je prenais plus jeune, après avoir monté à cheval dehors l’hiver, lorsque la nuit est déjà tombée.

Et j’ai pensé. Pensé à plein de choses, et notamment aux recettes que je pourrais publier ici (morbiflette ? charlotte orange-chocolat ? blanquette de veau ? ratatouille-polenta ?…) Pensé au temps qui passe si vite parce que trop de boulot (depuis combien de temps ne me suis-je pas accordé une RTT pour aller me balader et faire du lèche-vitrine ?!..) Pensé aux relations familiales parfois si compliquées et en même temps si évidentes (après un week-end où les 3 Soeurs et leurs 2 Filles se sont retrouvés, alors que ça n’était jamais arrivé…) Pensé à ces amis Américains de mes parents, chez qui nous avons déjeuné en ce dimanche pascal (des gens qui ont décidé de consacrer désormais leur vie à l’art de vivre agréablement, entre New York, Paris et Capri !…) Pensé à ces macarons de chez Laduré, que Mutti m’a offerts pour Pâques, et plus particulièrement ceux à la praline, qui ressemblent étrangement au Saint-Èvre, le fameux gâteau qu’on ne mange qu’en Lorraine. Pensé à tous ces livres que j’achète pour la Demoiselle et que je ne lui ai pas encore lus (elle semble pour l’instant assez peu intéressée par le fait qu’on lui luise des histoires. À quel âge est-ce que ça commence ?…) Pensé à l’Opéra, parce que ça fait longtemps que je n’y suis pas allée. Et puis, pensé à ces quelques blogs que j’aime bien lire de temps en temps mais qui n’ont pas été mis à jour depuis si longtemps (clin d’oeil à La Dame !…)

Et puis, les 4 bips de l’heure pile sur France Inter m’ont ramenée à la triste réalité. Les infos du soir, et encore une histoire de bébé congelé, dans laquelle le mari est innocenté parce qu’il dit ne s’être rendu compte de rien. Mais comment est-ce possible ?! Je me pose la question et en même temps, c’est difficile à dire, mais je crois que je comprends un tout petit peu, du moins le rôle joué par la mère dans ces affaires. Je n’excuse pas, je ne justifie pas, je n’accepte pas, je ne m’habitue pas. Non. Mais je comprends, et ce n’est pas forcément très agréable à dire.

Terminons sur une note positive : dans mon bain, j’ai aussi pensé à cet happening réalisé il y a quelques semaine dans Grand Central où des dizaines de personnes se sont immobilisées durant quelques minutes. Ouaouh ! J’aurais adoré voir ça…

Je cours, je cours… et voilà le printemps !

Posted in ?! on 20 mars 2008 by miliochka

Voilà, je ne vais pas commencer en m’excusant de n’avoir pas écrit depuis longtemps. Je l’ai déjà tellement fait dans mon journal lorsque j’étais jeune…

Mais tout de même, ça fait un mois ! D’abord il y a eu une semaine de « vacances forcées » avec la Demoiselle, j’en ai profité pour retourner dans ma ville natale, où je n’avais pas passé quelques jours depuis tant d’années. Et j’y retrouve des vieux copains, de vieilles sensations, des endroits que je pourrais traverser les yeux fermés, un bar dans lequel j’ai passé tant de soirées, ouaouh ! Je suis tombée dans une faille spatiotemporelle ! Et puis de retour, une semaine où j’ai été malade (et la Demoiselle aussi), ai passé beaucoup de temps à dormir pour rattraper les nuits fiévreuses, ai perdu du temps dans mon boulot… Grrr j’enrage ! Entretemps, j’ai revu la Cadette, qui vagabondait depuis plusieurs mois, hors de France. Et depuis ? Ben c’est le printemps…

 printemps.jpg

Et c’est la course !

Un gros dossier, presse équestre, de 12 pages sur la race Selle Français. Où je me retrouve à enquêter dans un milieu qui au départ m’est totalement étranger. Les éleveurs, les instances réglementaires, les stud-book & Co, la notion de « droit du sol » et « droit du sang » appliqué au cheval… Moi qui pensais ne pas trouver assez de matière, me voilà à crouler sous l’information, en ne sachant pas trop comment en tirer quelquechose. Car c’est bien à mon lecteur qu’il faut que je pense, et non à toute la matière que j’ai accumulée. Et puis comme d’habitude, mais tout en même temps, une newsletter complète à pondre, deux classiques dossiers santé sur des thèmes franchement « passionnant-gnan » et une nouvelle collaboration avec un institutionnel. Et tout ça qui s’ajoute au rythme quotidien déjà bien prenant d’une vie de « petite » famille parisienne (en comptant sur les arrêts maladie inopinés de la nounou de la Demoiselle). Ah oui, j’oubliais, il y a aussi la prochaine projection de FêtArt à organiser, les dossiers des photographes à réceptionner (avec pour la moitié, des gars qui ne savent pas répondre à un appel à candidatures en respectant des consignes pourtant simples. re-Ggrrr… Allez, on ne s’énerve pas !)

Et hop, voilà, c’est déjà Pâques, et le printemps avec ! Ben dis donc, moi qui d’habitude redoute la période janvier-mars, je ne l’ai pas vue passer cette année. Quelques regrets, car du coup je n’ai pas eu le temps de mettre en ligne de nouvelles recettes !

Et dans le désordre, en ce moment : Je rame sur le tome III de Millenium de Stieg Larson, j’écoute Sexuality de Sébastien Tellier, Certain People de F.M, j’ai été totalement bouleversée par Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel, j’ai lu et regardé le tome IV du Combat ordinaire de Manu Larcenet, acheté le tome III de La Guerre d’Alan d’Emmanuel Guibert (pas encore lu) et Beaufort de Ron Leshem (pas encore lu, non plus). Et puis je suis retournée déguster les délicieuses quenelles de l’Auberge Pyrénées-Cévennes avec mon Homme, je guette désespérément la réouverture du Cambodge, près de l’hôpital St-Louis, j’ai testée une recette de tarte au chocolat très noir (moyennement convaincue) et j’ai bu un très bon Entre-Deux-Mers lors d’un diner entre amis, avant une partie de cartes. Comme quoi, on trouve toujours le temps lorsqu’il s’agit de se faire plaisir !