Osso bucco

J’aurais bien précisé Osso bucco à la Milanaise, mais franchement, je me demande s’il y en a d’autres, des recettes d’Osso bucco… C’est une recette de F., formidable cuisinière s’il en est, en plus d’être une inénarrable joueuse de cartes, une redoutable jardinière et une adorable amie.

Ingrédients pour 6 personnes :

  • 6 belles tranches de jarret de veau avec l’os (environ 1kg en tout)
  • Quelques os à moelle de veau
  • 1 oignon, 2 carottes, une branche de céleri (pour ceux qui aiment ça…)
  • 1 grosse boite de tomates pelées, ou 5 belles tomates si c’est la saison
  • 1 orange à jus
  • 3 branches de thym, 1 feuille de laurier, 1 gousse d’ail
  • un verre de vin blanc sec (environ 12 cl)

Dans une cocotte en fonte, faire revenir l’oignon émincé dans un peu de matière grasse (beurre ou huile d’olive, selon les goûts).

Puis faire dorer les tranches de viande, déglacer avec le vin blanc puis ajouter les tomates pelées et coupées en quartier, avec leur jus, les carottes et le céleri en tranches.

Ajouter les zestes de l’orange, sur toute sa surface. Déposer les os à moelle et rallonger le jus avec un peu d’eau.

Fermer la cocotte, et laisser mijoter à feu doux pendant 1h30 à 2h.

Voilà, moi je sers ça avec des pâtes plutôt que du riz, des belles tagliatelles d’une marque italienne. Demain, pour les copains, j’essaye avec des penne au blé complet (oui, oui, je suis très blé complet en ce moment !) J’ai aussi prévu une charlotte poire-chocolat-crème de marron pour le dessert. Je l’ai faite cet après-midi, entre deux coups de fil, pour la laisser cette nuit au frigo. Mais comme c’est une première, je vais attendre de goûter avant de publier la recette !

Bon, sinon, toujours autant de boulot en ce moment. Des trucs intéressants, ou qui m’amènent en tout cas à interviewer des personnes réactives qui ont des choses pertinentes à dire. C’est agréable. Mais vivement dans quelques semaines, je pourrai enfin souffler un peu, et puis les sous commenceront à tomber ! Heureusement, j’ai enfin fini la mise en forme des près de 200 dossiers de candidatures reçus pour la projection photo que prépare FêtArt, pour Les Promenades Photographiques de Vendôme. La sélection se fera ce week-end, donc sans moi (because direction Strasbourg, un impondérable familial prévu de longue date). Dommage, je me serai donc tapé la partie la plus ingrate du boulot !

Au hasard de la radio, de la télé, ou des derniers CD achetés par mon Homme, j’ai pas mal entendu Bashung ces derniers jours. Très étrange ma relation avec cet artiste. J’ai toujours bien aimé, même si j’écoutais peu, n’ai jamais acheté d’album, et n’avait pas compris qu’il fallait écouter/lire les textes entre les lignes. Et puis il y a quelques années, je m’y suis mise sérieusement. Et cette musique est désormais pour moi liée à une période très forte (que je ne décrirais pas ici, par décence !) Alors du coup, chaque fois que j’entends une chanson de lui que j’aime bien, ça me retourne le bide ! Ce soir, c’était « Vertiges de l’amour », et j’ai appris qu’au début des années80’s, Johnny Hallyday l’avait reprise en anglais sous le tire « Casualty of love ». Juste par curiosité, j’aurais bien écouté !

6 Réponses to “Osso bucco”

  1. allez, la voici, avec le clip en prime

    je pense que tu ne seras pas déçue ;)
    (attention la fin est violente)

  2. miliochka Says:

    Ouoauh, Ma Bonne Dame, vous m’avez replongée dans le cauchemar des années 1980 ! Aucun doute, je préfère la version originale.
    M’est avis que pour prendre le temps de me poster cette vidéo, c’est que vous ne croulez pas sous le boulot en ce moment… Hep, dites donc, c’est vous qui dormez encore avec vos doudous ?!

  3. elmateo Says:

    Je viens d’acheter le dernier Bashung. Mazette. Bon, d’accord, je suis fan du Gaetan, mais le Bashung, il a bien fait de larguer sa troupe pour faire autre chose. Il y a vraiment des perles.
    Tout à fait d’accord avec toi sur le retournement de bide. Il est tout retourné juste là d’ailleurs.
    J’ai tant xxxxxx sur la fantaisie militaire que lorsque j’ai acheté l’imprudence, je dois avouer que j’ai hésité avant de l’écouter. Du coup, il est toujours dans la cdthèque, sans jamais en être sorti….
    Mais « Bleu pétrole », que de pépites. Je tuerai la pianiste, les cloches du secret des banquises, les horloges d’hier à sousse.
    Je danse. Et pleure un peu.

  4. miliochka Says:

    Moi, celles que je préfère, celles qui me foutent des frissons à chaque fois, qui peuvent m’emmener au bord des larmes, ce sont « Madame Rêve » et « Malaxe ». Ah, rien que d’y penser et déjà ma gorge se serre…
    Maintenant, je ne suis pas sure que je choisirais ces chansons pour xxxxxx ! En ce moment, ça serait plutôt Duffy…

    Et sinon, évidemment, fonce écouter Murat, autre très grand poète que j’ai découvert grâce à mon Homme. Quel bonheur que de se laisser glisser dans son monde.

  5. essayer de se pendre en écoutant duffy, comme c’est original ;)

  6. miliochka Says:

    Se pendre / se prendre… Avec des chansons aussi chargées d’émotion, tout est possible, non ? M’enfin je réserve Duffy à la 2ème solution.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :