Monumenta by Serra

Bon, alors… Voilà une sortie du dimanche en famille. Sortie où l’on peut emmener les enfants courir entre des œuvres d’art, pour une fois, et pendant ce temps-là, les parents vagabondent. Dans la série Monumenta, le Grand Palais accueille cette année les grandes plaques d’acier de Richard Serra. Je ne saurais pas bien dire pourquoi j’avais envie d’y aller. Peut-être parce qu’une bonne (d)ame en a parlé sur son blog (encore lui !), parce que j’ai lu quelque chose là-dessus dans Beaux Arts Mag* (encore eux !), et puis parce qu’il faut trouver des trucs à faire le week-end avec la Demoiselle. À défaut de l’emmener courir dans la nature, les plaques d’acier… Et vu qu’elle n’est pas encore en mesure de poser des questions, c’est relativement facile de se pointer devant ce genre de trucs avec elle.

Si j’ai aimé ? Ouais… En tout cas, ça ne m’a pas laissée insensible, c’est le but non ?

Ce que j’en ai pensé ? Bah… c’est monumental, non ?! Mais c’est peut-être pas l’endroit où j’aurai mis ça.

Comment j’ai ressenti le truc ? Mystique… Ouais, je n’ai évidemment pas pu m’empêcher de penser au monolithe du Chninkel de Van Hamme & Rosinski, et donc de 2001, L’Odyssée… L’ambiance sonore et l’atmosphère un peu moite ont certainement participé à la sensation générale.

Et pour le reste ? Un chouette objectif de balade dominicale, mais ce n’est pas pour autant que je vais me transmuter en critique d’art contemporain, ben non…

———————-

* Beaux Arts Mag : je salue ici leur formidable travail de vulgarisation artistique. Oui, oui, car la vulgarisation, mot oh combien décrié, ne devrait pas, à mes yeux, être réservée à la science… Et la politique ? Et l’économie ? Et tout le reste de vie de la Citée ?! Car en réalité, qui sait vraiment ce qu’est le CAC40 et comment il est calculé ? Qui peut me dire, comme ça au débotté, les différences entre cour d’appel, cour de cassation et procès en révision ? Qui sait le rôle que jouent vraiment l’OCDE ou la FAO ?! Qui se souvient du nom de l’architecte qui a conçu la pyramide du Louvre ? Ah, on fait moins les malins-là…

4 Réponses to “Monumenta by Serra”

  1. Pas obligatoirement mystique, Miliochkette:)
    Le choix du lieu d’exposition n’est pas évident pour les oeuvres de Serra, je trouve. Tout chamboule l’expérience sensorielle, l’appréciation des volumes, des masses, qui compte énormément. Il y a des sculptures dans lesquelles les sons sont métamorphosés, des surfaces qui ont un rendu presque charnel, ou au contraires minéral, des parois qui se rapprochent et s’éloignent, des blocs imposants qui s’imposent puis s’allègent, c’est tout ça que j’aime…cette pulsation sourde. Le reste est l’affaire des critiques. Et là, moi aussi, ben non.

    Vraiment, pas plus que ça?

  2. PS: Miliochkette, c’est la version suisse :D

  3. miliochka Says:

    Ben si, plus que ça quand même ! Parce que d’habitude, moi, l’art contemporain, ce n’est pas vraiment mon dada… Ça ne me touche pas, ça m’laisse totalement insensible (et donc, pour moi, ça ne répond pas à la définition de ce qu’est l’Art). Mais là, j’avoue, j’ai bien aimé. Toucher cette matière plus chaude que je ne le croyais, essayer sans y parvenir de les voir toutes les 5 en un seul coup d’œil, les appréhender, se pencher contre elles etc… Mais vraiment, le plaisir aurait été amplifié si je les avais croisées par exemple sur la plage, au pied d’une falaise normande, ou bien sur une ligne de crête dans le Jura. Ces sculptures appellent à résonner avec la nature… Une sorte de Land Art sans le Land…
    Et sinon, quel formidable terrain de jeu pour les photographes, amateurs ou pros !

  4. Oui, en effet (la fille qui répond quinze jours plus tard, ha ha, la Suisse!)
    En même temps, Serra « enfermé », c’est très très intéressant aussi parfois. J’avais vu à Naples une série de cubes (me souviens plus du titre) dans des petites salles, et aussi un ensemble appelé Wake à New York
    http://www.artcritical.com/DavidCohen/SUN20.htm
    (la fille qui voyage maintenant, hu hu). C’était la première fois que je voyais des oeuvres de Serra en vrai, là aussi, enfermées dans des espaces blancs pas vraiment énormes.
    Il y a aussi cette sculpture à Bochum

    Je me souviens que le Prof Michael Zimermann riait en parlant de ce Serra placé dans le carrfeour le plus idiot d’une place moche dans une ville triste.

    Bref, en résumé, c’est beau dehors et c’est beau dedans, quoi :)

    (suis contente d’avoir apporté quelque chose de vraiment essentiel à la critique d’art, ce soir, moi)

    Oh, à propos…
    « Qui peut me dire, comme ça au débotté, les différences entre cour d’appel, cour de cassation et procès en révision ? »
    Eolas peut tout faire!
    http://www.maitre-eolas.fr/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :