Archive pour août, 2008

Today is our day, BlogDay 2008

Posted in ?!, Lu ; vu ; entendu... with tags , , on 31 août 2008 by miliochka

Hello à tous, ici 07:28 am heure locale (et encore, je suis réveillée depuis deux heures…) et donc 13:28 à l’horloge de ma bécane que je n’ai pas changée. J’attends que mon Homme se réveille de sa sieste donc.

Aujourd’hui, c’est la Journée mondiale des blogs, la dixième du nom même (j’ai appris ça en écoutant RFI), alors pour célébrer ça et suivre le programme officiel, voilà quelques suggestions :

Que c’est beau la photographie ! Un photographe plein d’humour mais aussi très lucide sur sa profession de journaliste producteur d’images pour l’info. À dévorer sans modération.

Le journal d’un avocat, en la matière Maître Eolas, bien connu sur la blogosphère et qui vulgarise avec beaucoup de talent et d’indépendance d’idées le monde de la Justice.

Le Goûter du Mercredi, déjà listé dans mon blogroll, je ne saurais trop vous recommander la visite régulière de ce site qui parle de musique, mais seulement de bonne musique (avec en prime des morceaux à écouter).  Bon là, c’est un peu la pause estivale, mais attendez la rentrée, ça va déferler !

L’info du jour, pour ceux qui veulent du brut, du concret, du direct. « Les faits, juste les faits. Des références, des liens. Pas de commentaire. Juste pour savoir de quoi on parle », explique même son auteur. Libre à vous d’approfondir ensuite avec tous les liens fournis. Et son petit frère, le blog inutile mais rigolo Ma Bonne DameAttention, là aussi, c’est la pause estivale…

Souris de Compactus, le blog d’une petite souris qui travaille dans les coulisses du Musée de l’appareil photographique à Vevey. Certes, c’est un peu pointu, mais ça parle très bien de l’image et de l’histoire de sa capture, et parfois avec des points d’humour très délicieuses…

Allez zou, 8:00am ou 14h, il est en tout cas l’heure de se sustenter !

Publicités

Sur zone

Posted in ?! with tags , , , on 30 août 2008 by miliochka

Fin de l’escale parisienne, nous voilà sur zone : arrivés à New York City à 12:00am heure locale. On a tout de suite retrouvé nos marques, fait un tour du côté du Madison Square Park, descendre par la 5th pour remonter par la 6th Av. et déjà fait quelques courses… Notre hôtel est super nickel, pas mécontente de mon choix ! Très bien situé par rapport aux quartiers qu’on aime, service impeccable, petit dèj compris dans le prix de la chambre, il dispose de son propre resto (recommandé par le Zagat, concerts de jazz les vendredis et samedis), certes la chambre est un peu petite (mais ça, je le savais à l’avance) mais c’est très propre et très confortable. Rien à voir avec le Sheraton de la dernière fois… Allez, zou, une micro sieste et on file dîner dehors. Ce sera une des journées les plus longues qu’il m’ait été donné de vivre jusque là !

Faudra attendre la fin du trip pour une mise à jour de toutes nos bonnes adresses…

PS : et en plus, une gentille dame de l’hôtel passe vers 18h nous demander si tout va bien et nous distribuer des petits chocolats, alors là, que demande le peuple ?!

Les films de l’été

Posted in Lu ; vu ; entendu... with tags , , , , , , , , , , , on 28 août 2008 by miliochka

Deux petites séquences qui illustrent bien, à leur manière, des moments chouettes de notre été. Faut dire qu’on a pas mal joué aux Shaddock

La crevaison du Dr

La balade en Paresseux

Et sinon, dans un tout autre genre, un diaporama proposé par un photographe italien. C’est ici et ce sont des magnifiques photos de chevaux et de concours complet. Des images en N&B, contrastée et aux cadrages dynamiques, qui proposent un regard très différent de ce que l’on voit habituellement dans les ennuyeux magazines d’équitation… Ça me plait bien et je lui ai dis ! D’ailleurs, je pense à lui aussi ce soir, car mon Homme et moi sommes allés au cinéma voir Gomorra. On avait déjà lu le livre tous les deux, et le film nous a bien plu. C’est un objet différent, dont j’ai beaucoup apprécié la photographie. (Cependant, une question nous tarraude : comment ont-ils réussi à filmer au cœur même de la cité du Scampio ?!)

Fin de saison

Posted in ?! with tags , , , , , , , , on 26 août 2008 by miliochka

Pour profiter pleinement d’une de nos dernières soirées au bord de la mer, mon Homme, toujours lui, a eu la bonne idée de me convier à un apéro à l’Île d’Or, en Paresseux bien sûr. Un apéro Pimm’s seulement, car la pleine lune n’est plus là pour nous raccompagner après diner… Nous sommes donc partis tout guilleret vers notre mouillage préféré. Nous nous sommes bien sûr baigné (et là, bam, j’ai plongé dans l’eau avec mes lunettes dans les cheveux, une paire de solaire correctrice, et une paire perdue, une !) C’était chouette une fois de plus, on a savouré le moment. Puis comme le soleil baissait sur l’horizon, on a levé l’ancre direction l’anse de salière où se trouve notre mouillage. On démarre, on part, tout va bien, et quelques minutes plus tard, re-bam, le coup de la panne ! Et pour de vrai en plus ! Impossible de faire repartir le moteur, on a remit un peu de gasoil, tenté un réamorçage (j’apprendrais plus tard que ce genre de moteur, bien que diesel, est fait pour ne pas se désamorcer !) mais en vain, le moteur reppartait et s’étouffait quelques secondes plus tard. Rien à faire, il semble qu’un des deux cylindres montre des signes de paresse justement…

Rentrer à la rame ? Trop loin et puis ce genre de bateau n’est pas fait pour avancer à la rame ! Alors on a misé sur la solidarité maritime, oui oui, la fameuse, elle existe bien : j’ai agité les deux bras en direction d’un petit hors-bord rouge qui passait entre nous et la côte, et il est tout de suite venu à notre rencontre. Ainsi, le capitaine de Joli Coeur a accepté de nous remorquer jusqu’à la plage de la salière. Heureusement qu’on les a croisé ceux-là, et qu’il faisait encore jour (car en plus, mon Homme avait choisi ce soir-là pour partir sans son portable, pour une fois…) Autant vous dire que le Paresseux n’a jamais été aussi vite ! Une bien drôle de manière de finir notre dernière virée avec lui. À croire qu’il ne voulait pas se séparer de nous. Oui, parfois, les objets ont une âme…

(Les plus fins observateurs remarqueront sur la photo que j’arbore fièrement une nouvelle couleur de vernis à ongles sur mes orteils par rapport au début de saison…)

Pour finir en beauté aussi, nous avions convié mes parents et leur chère amie la Comtesse de Métaitéou à une petite virée dans l’arrière pays un soir, nous sommes allés jusqu’à Seillans pour diner au restaurant de l’Hôtel des Deux Rocs. C’est un endroit que nous apprécions particulièrement mon Homme et moi, et dans lequel nous nous rendons régulièrement depuis plusieurs étés. Une terrasse de village autour d’une vieille fontaine et protégée par la ramure de deux très vieux platanes, une vieille porte de village sarrasine, une cuisine absolument délicieuse et qui plus est, des hôtes très sympathiques. Tout le monde, je crois, a apprécié la soirée, pour une fois que nous avons réussi à sortir mes parents de leur paradis marin…

Méditerranée

Posted in ?! with tags , , , , , , , , , , , , , , on 25 août 2008 by miliochka

Ah les plaisirs de vacances, le luxe d’une maison au bord de la mer et de savoir en profiter, le bonheur de vivre des purs moments de plénitude. Et je peux dire merci à mon Homme, Grand Organisateur devant l’éternel, car il a eu la bonne idée de nous concocter deux très jolis moments…

D’abord il y a eu un pique-nique le soir au pied de l’Île d’Or, à bord du Paresseux, notre chouette petit pointu. On avait pris tout le nécessaire pour un pique-nique digne de ce nom : champagne bien sûr, tapenade, pâté de sanglier (surtout pas de grandes-oreilles sur un bateau, tradition maritime oblige, les crétins restent à terre !), cornichons, beurre, jambon de parme coupé ultra fin, fromage aussi évidemment, et deux parts de fiadone (gâteau corse au brocciu et au citron dont j’ai tenté plusieurs recettes cet été). On est parti vers 18h30, arrivés là-bas on s’est baigné dans une eau calme, il n’y avait quasiment plus aucun bateau autour de nous. Puis on a fait sauté le bouchon de champagne et on a savouré le moment ! Vers 20h, on a vu les gens de l’Île d’Or, habillés qui en robe qui en chemise, avec leur grosse bouteille de gaz vide, rejoindre la terre grâce à un minuscule bateau, certainement pour aller diner au restaurant. Nous nous sommes salués cordialement. Le soleil est tombé assez vite, mais on n’avait pas envie de partir, prolonger ce moment au maximum…

Alors la lune, pleine, grosse, rousse, s’est levée juste de l’autre côté du Dramont, c’était magnifique. À ce moment-là, on a vu arriver un gigantesque deux mâts moderne, qui a mouillé un peu au large de l’Île. Tout éclairé dans ses barres de flèches et avec des spots qui éclairaient l’eau par en dessous tout autour de lui, absolument fantomatique ! Alors au moment de partir (il était temps, on ne voyait quasiment plus rien !), on est allé faire le tour de ce bateau : Parsifal III, des chantiers italiens Perini Navi (bateau disponible à la location ici, mais à quel tarif ?!) Le mât du Paresseux n’arrivait même pas au niveau du pont ! Au bout d’un moment, on a vu sortir un couple sur le pont arrière, lui gros ventre et cheveux blancs, elle gros seins et cheveux blonds, semblant seuls à bord. On les a salués, je n’ai pas l’impression qu’ils nous aient répondu… À chacun sa vision du pique nique en amoureux au pied de l’Île d’Or ! On est rentré sur une mer d’huile, éclairé par la pleine lune, on a même réveillé un ban de goélands qui commençait sa nuit au large de la plage de Boulouris et qui s’est envolé sous notre nez au dernier moment, enfin, un très beau moment en amoureux que nous ne sommes pas prêts d’oublier (et franchement, on n’aurait pas pu trouver meilleur soir pour faire ça, toutes les conditions idéales étaient réunies, c’en était presque surréaliste !)

Et puis quelques jours plus tard, là aussi sur l’initiative de mon Homme, nous sommes partis deux jours en mini croisière sur Sœur Anne, plus gros bateau mais non moins chouette, avec le Capitaine mon Oncle, sa femme et ma Nièce. Direction les îles de Lerins, histoire de faire découvrir à mon Homme les charmes d’une nuit au mouillage. Ça lui a beaucoup plu ! En arrivant nous sommes allés nous baigner à la plage dite des œufs de pigeons (de superbes tous petits galets façonnés par la mer) ; le lendemain à midi nous avons convié tout l’équipage à déjeuner à la Tonnelle, le restaurant des moines sur l’île St Honorat que nous avions découvert en avril dernier (cf ça). Je crois que tout le monde a apprécié ! Et puis nous sommes rentrés vers notre port d’attache avec bon vent, je dirais 30 nœuds établis, sud ouest c’est-à-dire presque plein pif, et une mer bien formée. On va dire que ça a été un peu sportif, et que malgré un ris dans la grand voile et une partie du génois roulé, je sentais bien que mon Capitaine était inquiet : bateau encore un peu surtoilé, équipage peu aguerri, ma Nièce et moi trempées, planquées derrière la capote de la descente, calées pour ne pas glisser, et la femme du Capitaine au fond du bateau sur sa couchette… Et pendant ce temps, mon Homme, qui pensait totalement inutile de mettre un ciré, se prenait dans la figure des paquets de mer pour son plus grand bonheur. Heu-reux qu’il était de faire enfin de la voile, de la vraie !

(Ça n’empêche, il aura droit cet hiver à quelques cours de nœuds sur taquet et de manœuvres au winch…) Moi, j’ai eu un peu peur, l’estomac un peu mal en point, et je dois dire que je me suis vraiment demandé ce que je foutais là… Pas mécontente que tout ça ait pris fin vers 18h30 ! Drôle d’esprit humain qui systématiquement oubli le plus désagréable et douloureux pour ne retenir que le plus joli…

Les lapins qui rendent crétin

Posted in ?! with tags , , , , , , , , , , on 16 août 2008 by miliochka

Les vacances sont un moment propice pour perdre du temps, et notamment avec des choses un peu bêtes, voire crétines, ou avec d’autres plaisirs, plus gustatifs et profitables…

Ma première rencontre avec une console de jeu date de la fin des années 80, Tétris sur la toute première Gameboy en noir et blanc, je n’ai jamais pu oublier cette musique musique entêtante ! Par la suite, je n’ai eu que peu d’intérêt pour ce genre d’outils. Je me souviens tout de même d’une nuit de Noël, où j’avais piqué la nouvelle console de ma Nièce et tenté en vain jusqu’à 5 heures du matin de terminer un tableau de Super Mario, ggrrr, j’ai failli balancer la console contre le mur tellement ça m’a énervé ! Cet été, j’ai découvert les Lapins Crétins. Dire que cet adjectif convient parfaitement à ce jeu serait un euphémisme, n’empêche que, c’est vachement drôle ! Et donc, voilà trois jours que je m’escrime à compléter toutes les missions en faisant les meilleurs scores possibles, tout ça en me dandinant sur le canapé et en poussant des cris débiloïdes (et en essayant de faire croire à la Demoiselle que je suis occupée à quelquechose de très très sérieux…) Crétin, complètement crétin, mais tellement drôle ! D’ailleurs, ça me donnerait presque envie de proposer à ma bonne (d)ame et sa compagne de se faire une soirée à quatre pour titiller ces stupides lagomorphes sur un grand écran…

Toujours dans la lignée des lapins qui font rire, ma Nièce et moi avons craqué pour un nouvel écran de veille pour nos bécanes, avec des lapins justement, qui envahissent le bureau et se baladent sur une image qui flotte dans l’espace. Parfois, ils font des pets multicolores, et de nouveaux petits lapins apparaissent. On trouve plein d’autres screensavers du même style sur ce site (ça marche sur mac et sur PC, ben ouais pour une fois…)

Et sinon, dans le genre occupation des vacances, je me suis lancée dans la confection de plein de nouveaux muffins. Il y a d’abord eu la version salée, réalisée avec du romarin et des tomates cerises du jardin, poivron-corne, olives noires et graines de sésame, que l’on a mangé avec une crème fouettée à la ciboulette (toujours du jardin) et à l’échalote :

Et la version sucrée, à la cannelle, au sucre roux et aux bleuets comme disent les Canadiens, c’est-à-dire aux grosses myrtilles, que l’on goûtera demain au petit déjeuner (enfin, pour ceux qui se lèveront tôt, car ce n’est pas sûr qu’il en reste pour tout le monde) :

Et hop hop, je file au lit bouquiner un peu beaucoup, car ça aussi c’est un plaisir des vacances. Après avoir abandonné La Route de McCarthy en plein milieu (oh oui ça va, hein, on a parfaitement le droit de ne pas accrocher sur un tel chef d’œuvre et je suis prête à m’en expliquer ici si c’est nécessaire), je suis plongée dans La Villa des Hommes de Denis Guedj.

Clafoutis aux mirabelles et Streussel

Posted in Home Made with tags , , , , , , on 13 août 2008 by miliochka

Ce matin, j’ai trouvé des mirabelles, de véritables mirabelles de Lorraine, sur le marché, c’est donc le début de la saison. Découverte l’année dernière, cette recette de clafoutis change de la traditionnelle tarte de maman, est très facile à faire, et son streussel (sorte de crumble à la noisette) lui donne un petit goût d’originalité.

Ingrédients pour 6 personnes :

  • 1 livre de belles mirabelles
  • 45g de beurre de fondu
  • 80 g de sucre en poudre
  • 50g de farine
  • 2 œufs
  • 100 ml de crème fraîche liquide

Pour le streussel :

  • 40g de beurre en pommade
  • 40g de sucre en poudre
  • 40g de poudre d’amandes
  • 40g de farine
  • 60g de noisettes concassées (hachées grossièrement)

– Répartir les mirabelles lavées dans le fond d’un moule gâteau préalablement beurré, l’idéal c’est qu’elles recouvrent tout le fond. Les puristes laisseront leur noyau pour plus de goût, moi je les enlève, c’est quand même plus pratique à manger !

– Répartir dessus l’appareil à clafoutis (beurre fondu + sucre + farine + œufs battus + crème fraîche).

– Faire cuire 30 minutes à 180°C (th 5-6)

– Préparer le streussel en mélangeant les ingrédients avec les doigts et répartir sur le clafoutis.

– Repasser le tout au four pendant encore 20 minutes.

Et hop, ça se mange plutôt lorsque c’est refroidi, avec une boule de glace à la vanille pour les plus gourmands ! Et sinon, désolée, je n’ai pas eu le temps de faire une photo hier soir, on l’a mangé trop vite !