À grosses gouttes

22 juillet, 13:59, Lyon

Gare de Part-Dieu, TGV première classe, je quitte Lyon sous une grosse pluie d’été, ici tempête de vent du sud. Dans mes oreilles, La ritournelle de Séb Tellier, heureux hasard de mon iPod, car j’ai le cœur un peu lourd. Je viens de laisser la Demoiselle, elle va passer presque trois semaines sans nous, loin de moi, seule, enfin non puisqu’elle sera avec ses grands parents, tante, cousines etc… Mais voilà, moi je serai seule ce soir à Paris, et ça risque d’être un peu étrange.

Part Dieu, étrange gare qui ne me rappelle que de lourds souvenirs. Je ne l’ai pas toujours fréquentée dans les meilleures conditions. Tiens, on longe le campus de la Doua, mes années Fac, la salle de concert du Transbordeur, mes années ‘zic.

Part Dieu donc, souvenir très fort de la fois où j’ai laissé M. reprendre son train, dernière étreinte, dernier baiser, mais je ne le savais pas. C’était probablement mieux comme ça. Aimerait-on savoir quand c’est la dernière fois ? La dernière fois où l’on fait l’amour avec quelqu’un avant la fin de l’histoire ? La dernière fois où l’on partage de l’intimité avec un proche avant qu’il ne s’éteigne ? La dernière page d’un livre ? La dernière fois où l’on contemple une forêt avant la tempête de Noël 1999 ? Non, je n’aime pas savoir à l’avance que ce sera la dernière fois. D’ailleurs, a posteriori, il y a des dernières fois dont je ne me souviens même pas ! Et pourtant, j’aimerais bien.

Une drôle d’humeur là, en ce moment même. Je pense à ceux qui ont le cœur lourd en cet étrange été. Je pense à ceux qui sont loin, physiquement, et intellectuellement. Pourra t’on un jour réduire la distance, la souffrance ?

Tout à l’heure, dans le train qui nous conduisait de Paris à Lyon, alors que la Demoiselle se reposait collée-serrée contre moi, j’ai terminé mon livre, La fenêtre panoramique de Richard Yates, alors que je ne m’attendais pas à ce que la fin arrive si tôt. Je n’arrive toujours pas à savoir si c’est un chef d’œuvre ou un livre à côté duquel je suis passé. L’ennui qui y règne est-il volontaire ? Un effet de style subtile ou une erreur de l’auteur ? N’empêche que la fin est sanglante, ça déchire le ventre surtout. L’histoire est racontée avec le point de vue du mari, en aurait-il été autrement si April avait été la narratrice ? Certainement. J’aurai bien aimé lire son histoire à elle… peut-être si j’ai le temps, je tâcherai de voir le film, Les noces rebelles.

PS: 22 juillet toujours, 20:08, Paris.

Au moment même où je mets en ligne ce post, s’abat sur Paris une très grosse pluie, c’est un bel orage d’été. Décidement, il était écrit qu’aujourd’hui serait une journée sombre et humide pour moi…

Une Réponse to “À grosses gouttes”

  1. ça me fascine les « dernière fois », par exemple tous ces lieux abandonnés : une gare, un hôtel, une pompe d’essence…. il y a eu une « dernière fois », une dernière fois qu’on a servi un petit déjeuner, qu’un voyageur est monté dans un train, qu’une voiture a été dépannée…. consciemment ou non, la clé a été tournée « une dernière fois » dans la serrure et puis plus rien…. du jour au lendemain, sans que rien ne change, le lieu est devenu « abandonné ». Qui se souvient des dernières fois, des années après ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :