Archive pour photos

Un an, eh ouais…

Posted in ?! with tags , , , , , , , , , on 5 décembre 2008 by miliochka

Happy birthday to U, happy birthday to U, happy birthday to U dear Miliochka’s blog, happy birthday to U… Eh ouais, déjà un an que je sévis ici. Ca se fête non ? Allez, j’me paye une myrte à votre santé, cher(s) lecteur(s) !

myrte31

Et sinon, aujourd’hui j’ai fait un aller-retour express à Lyon, et avant hier, avec mon Homme et notre Demoiselle, on est allé voir l’expo sur la photo américaine des années 70 à la BNF. Beaucoup de plaisir à revoir des tirages de Diane Arbus et Larry Clarck, découverts à New York en 2003. Et puis aussi faire connaissance avec de nouveaux photographes, de nouvelles images et notamment celles de Charles Harbutt et Louis Faurer, que j’ai vraiment beaucoup aimées…

Publicités

En vrac

Posted in ?! with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 2 décembre 2008 by miliochka

J’ai particulièrement froid aux pieds ce soir, quant aux mains, je ne le précise même pas, tant c’est une constante chez moi entre le 15 octobre et le 15 avril… Mais là n’est pas le sujet du soir. D’ailleurs, autant vous le dire, ce soir, c’est dans le désordre !

liste

– Après avoir fait une fixation sur l’Imagier d’Albertine aux Éd. La Joie de Lire, puis sur La Maison de Lulu de Phyllis Root aux Éd. Flammarion Père Castor, je crois bien que la Demoiselle entre dans sa période Michel, le mouton qui n’avait pas de chance de Sylvain Victor aux Éd. Thierry Magnier. Alors spéciale dédicace à (d)ame Souris une fois de plus, la voilà promue fournisseuse officielle de livres éclatants pour la Demoiselle ! Déjà trois soirs qu’on bloque sur la page où Michel glisse malencontreusement dans une bouse (« du ti poupoum de vache » en vocabulaire de Demoiselle), et du coup, il pue et échappe de justesse à l’estomac du loup. Cette page-là suscite une intense réflexion chez la Demoiselle, c’est assez drôle à observer ! J’en profite ici pour signaler l’excellence des bouquins pour enfants des Éd. Thierry Magnier. À chaque fois qu’on en a un nouveau dans les mains, ça nous éclate, parents comme enfant… D’ailleurs mon Homme en a déjà un de côté pour le Noël de la Demoiselle !

– Mon Homme d’ailleurs qui en ce moment même est en pleine préparation intensive de sa prochaine expo, qui aura lieu du 8 janvier au 27 février à la galerie Chambre avec Vues dans le 11ème à Paris. Les photos exposées appartiennent à la série Cable Moutains, et sur laquelle l’excellent site Photosapiens a déjà fait un article pour annoncer l’expo. Une affaire à suivre d’ici là… Moi aussi de mon côté, je bosse beaucoup. pas moins de 6 projets en cours d’écriture, et deux gros en pleine phase de réflexion, sans compter les enquètes à préparer pour ne pas perdre de temps à la rentrée. C’est la dernière ligne droite avant les vacances. (ouais, en plus, y’a le fameux marronier des cadeaux de Noël, à trouver pour les autres d’une part, et répondre aux demandes improbables du type « et toi, tu veux quoi ?« , grrr…)

CABLE MOUNTAINS©ZIR

(celle-là est une de mes préférées, sans aucun doute, elle devrait être exposée en très grand format…)

– Le désormais célèbrissime T’es fou Louloup de nos amis A & F, créateurs d’Ebulobo est passé hier soir au JT de France 2. Un reportage sur lui ! Ça nous a fait bien plu, même si la déontologie journalistique est mise à mal, mais nous n’en dirons rien ici… Y’a pas à dire, ce loup-là est un sacré filou !

– Ce week-end, j’ai enfin pris le temps de planter mes oignons. Tulipes, freesias et crocus sont attendus dès les premiers jours du printemps dans mes jardinières. J’espère qu’ils n’auront pas la mauvaise idée de pointer leur nez dès le début de l’année, parce qu’alors ça risque de mal se passer ! Les feuilles trop précoces qui épuisent les oignons et les empèchent de faire des fleurs le (bon) moment venu, j’ai déjà donné… Lundi, on a attaqué le calendrier de l’Avent avec la Demoiselle. Un petit (enfin plutôt gros d’ailleurs) chocolat chaque matin. C’est son premier… comme un pincement de coeur pour ses parents. Chacun à notre façon nous nous remémorons nos propres souvenirs de calendrier de l’Avent. Pour ma part, le plus souvent c’était mon père qui m’offrait un tout petit calendrier de la taille d’une carte postale, avec des jolis dessins. Il y avait aussi un calendrier plus grand dans la cuisine pour tout le monde. Pour mon Homme, les souvenirs sont imanquablement liés au chocolat !

– Et sinon, je continue mes cours de couture chez Marilyn. Bon, il m’aura fallu trois séances de trois heures pour arriver à bout de ma tunique écossaise (paraît qu’on dit tartan cette saison, encore une invention de journalistes-modeuses, comme pour le leggin’s, décendant directement du caleçon long des années 80’s !) Quand elle sera finie donc, je tâcherai d’en parler ici !

Ouhla, 23:45, faut que j’aille me coucher sinon demain matin, je serai en vrac

Four fingers

Posted in Lu ; vu ; entendu... with tags , , , , , , , on 7 octobre 2008 by miliochka

Je reçois aujourd’hui une invitation pour le vernissage de la prochaine expo de la galerie Cosmos intitulée Four fingers in Iraq, des photos de J.B Russell. Et cela commence par cette phrase : “Il y a quatre doigts entre le mensonge et la vérité.” Tout en plaçant sa main sur ses tempes, ses quatre doigts étalés entre l’oreille et l’oeil, il poursuivit:  “La distance entre ce que vous entendez dire et ce que vous voyez par vous-même” . Officier de contrôle / Frontière Irak Jordanie, Janvier 2001

Est ce que cela suffit pour penser que le photographe, parce qu’il est sur le terrain, est plus proche de la vérité ? Je ne sais pas, mais en tout cas cette phrase me plait bien. Je crois que je vais afficher ça sur le mur face à mon bureau, au milieu des photos et des autres citations qui m’accompagnent chaque jour. Car depuis que j’ai un bureau à moi, c’est-à-dire depuis mon entrée au collège, j’ai toujours couvert ce mur face à moi d’innombrales trucs. Cartes postales, dessins, fleurs séchées,  citations, myriade de post-it comme autant de mémo… Le bureau n’a jamais changé, une planche et deux traiteaux, mais le patchwork est lui en perpétuel mouvement ! J’aurais dû faire des photos de tous ces murs pour en garder la trace… À défaut, je garde dans une boite toutes ces images que j’ai un jour remplacées par d’autres, et ça, c’est une chouette accumulation !

Et sinon, dans le désordre : j’ai appris que la FDA avait repéré des traces de mélamine dans des boissons vendues aux States (mais personne n’en a encore parlé de ça dans les médias…) ; je lis en ce moment La zone d’inconfort de Jonathan Franzen et on écoute Radio Retaliation de Thievery Corporation ; et parce que ça m’a bien fait rire de voir la tête de certains avec des coiffures de l’époque, j’ai tenté moi aussi l’aventure sur yearbookyourself.com. Et vous ?!

Les films de l’été

Posted in Lu ; vu ; entendu... with tags , , , , , , , , , , , on 28 août 2008 by miliochka

Deux petites séquences qui illustrent bien, à leur manière, des moments chouettes de notre été. Faut dire qu’on a pas mal joué aux Shaddock

La crevaison du Dr

La balade en Paresseux

Et sinon, dans un tout autre genre, un diaporama proposé par un photographe italien. C’est ici et ce sont des magnifiques photos de chevaux et de concours complet. Des images en N&B, contrastée et aux cadrages dynamiques, qui proposent un regard très différent de ce que l’on voit habituellement dans les ennuyeux magazines d’équitation… Ça me plait bien et je lui ai dis ! D’ailleurs, je pense à lui aussi ce soir, car mon Homme et moi sommes allés au cinéma voir Gomorra. On avait déjà lu le livre tous les deux, et le film nous a bien plu. C’est un objet différent, dont j’ai beaucoup apprécié la photographie. (Cependant, une question nous tarraude : comment ont-ils réussi à filmer au cœur même de la cité du Scampio ?!)

Les lapins qui rendent crétin

Posted in ?! with tags , , , , , , , , , , on 16 août 2008 by miliochka

Les vacances sont un moment propice pour perdre du temps, et notamment avec des choses un peu bêtes, voire crétines, ou avec d’autres plaisirs, plus gustatifs et profitables…

Ma première rencontre avec une console de jeu date de la fin des années 80, Tétris sur la toute première Gameboy en noir et blanc, je n’ai jamais pu oublier cette musique musique entêtante ! Par la suite, je n’ai eu que peu d’intérêt pour ce genre d’outils. Je me souviens tout de même d’une nuit de Noël, où j’avais piqué la nouvelle console de ma Nièce et tenté en vain jusqu’à 5 heures du matin de terminer un tableau de Super Mario, ggrrr, j’ai failli balancer la console contre le mur tellement ça m’a énervé ! Cet été, j’ai découvert les Lapins Crétins. Dire que cet adjectif convient parfaitement à ce jeu serait un euphémisme, n’empêche que, c’est vachement drôle ! Et donc, voilà trois jours que je m’escrime à compléter toutes les missions en faisant les meilleurs scores possibles, tout ça en me dandinant sur le canapé et en poussant des cris débiloïdes (et en essayant de faire croire à la Demoiselle que je suis occupée à quelquechose de très très sérieux…) Crétin, complètement crétin, mais tellement drôle ! D’ailleurs, ça me donnerait presque envie de proposer à ma bonne (d)ame et sa compagne de se faire une soirée à quatre pour titiller ces stupides lagomorphes sur un grand écran…

Toujours dans la lignée des lapins qui font rire, ma Nièce et moi avons craqué pour un nouvel écran de veille pour nos bécanes, avec des lapins justement, qui envahissent le bureau et se baladent sur une image qui flotte dans l’espace. Parfois, ils font des pets multicolores, et de nouveaux petits lapins apparaissent. On trouve plein d’autres screensavers du même style sur ce site (ça marche sur mac et sur PC, ben ouais pour une fois…)

Et sinon, dans le genre occupation des vacances, je me suis lancée dans la confection de plein de nouveaux muffins. Il y a d’abord eu la version salée, réalisée avec du romarin et des tomates cerises du jardin, poivron-corne, olives noires et graines de sésame, que l’on a mangé avec une crème fouettée à la ciboulette (toujours du jardin) et à l’échalote :

Et la version sucrée, à la cannelle, au sucre roux et aux bleuets comme disent les Canadiens, c’est-à-dire aux grosses myrtilles, que l’on goûtera demain au petit déjeuner (enfin, pour ceux qui se lèveront tôt, car ce n’est pas sûr qu’il en reste pour tout le monde) :

Et hop hop, je file au lit bouquiner un peu beaucoup, car ça aussi c’est un plaisir des vacances. Après avoir abandonné La Route de McCarthy en plein milieu (oh oui ça va, hein, on a parfaitement le droit de ne pas accrocher sur un tel chef d’œuvre et je suis prête à m’en expliquer ici si c’est nécessaire), je suis plongée dans La Villa des Hommes de Denis Guedj.

La saison est ouverte !

Posted in ?! with tags , , , , , , , , on 7 août 2008 by miliochka

Ça y est ! Nous sommes enfin arrivés au bord de la Belle Bleue. Les ongles de pieds sont vernis, les hauts de maillots sont ôtés, le Paresseux a repris la mer, et nous voguons entre l’Île d’Or et le Temple d’Amour.

Je déclare la saison d’été ouverte !

Et donc, par ricochet, on pourrait presque dire que ce blog risque d’être momentanément fermé, désolée… mais il reste à surveiller tout de même, pour les plus curieux, car je risque bien de poster une ou deux photos de temps en temps, et pourquoi pas, quelques bonnes recettes puisque j’ai emmené avec moi mon cahier de cuisine. À bon entendeur…

Vacances à Paris

Posted in ?! with tags , , , , , , , on 27 juillet 2008 by miliochka

Une semaine à Paris, au mois de juillet, sans enfant et sans trop de boulot… Autant dire qu’on en a largement profité ! Sortie quasiment tous les soirs, très bonnes bouffes et soirées entre copains, presque grasse mat’ le lendemain, quel bonheur ! Dînette sur la terrasse du Phare à Montmartre, virées en vélo le soir dans le Paris des touristes, partie de cartes endiablée sur la terrasse des Pigeons à Montreuil, dîner dans la cour d’un petit resto très chouette du 7e, soirée caipirinha avec quelques photographes, dîner dans l’appart-bateau de F. & I… Et aujourd’hui, pour couronner le tout, mon Homme a réussi à me motiver pour une chouette balade en vélo jusqu’au cœur de la forêt de Sevran en passant par le canal de l’Ourcq. Plus de 40 km, presque 2 heures sur le vélo, et un pique-nique dans l’herbe. Chouette, chouette, chouette !

Ah et quel bonheur ces appartements qui ont la chance d’avoir une terrasse, surtout quand celle-ci présente une vue et/ou une végétation incroyable pour Paris… Hum, ça fait envie.